Tout savoir sur le commerce illicite en Europe

Taxée pour avoir fait passer la frontière à plus de 400 bouteilles d'eau

Commerce illicite en Europe

Le 4 octobre 2018, alors qu’elle rentrait chez elle en Belgique, une retraitée écope d’une amende de 400 euros à la frontière. Elle ne transporte ni cigarettes, ni alcool, mais plus de 400 bouteilles d’eau. Retour sur ce fait divers qui questionne sur l'espace Schengen et la libre circulation des denrées entre les pays de l'Union européenne.

Pourquoi les Belges font-ils leurs courses en France ?

Notre retraitée Belge n'est pas la seule à venir faire ses courses en France. En Belgique, l'eau est en moyenne 3 fois plus chère et les raisons sont multiples. Les fournisseurs appliquent déjà un tarif plus élevé et les taxes gouvernementales sont plus importantes. Les produits jetables et les plastiques sont taxés pour des questions écologiques (la taxe pique-nique). Ainsi, à la caisse, le prix généralement pratiqué est d'environ 70 % plus important. Si ce fait d'actualitéalimente les débats, c'est qu'il révèle les réalités des mouvements transfrontaliers. Les Belges viennent en France remplir leur caddie de courses tandis que d'autres font le chemin inverse pour s'approvisionner en tabac.

La libre circulation des marchandises : une arnaque ?

L’accord de Schengen, signé le 14 juin 1985, stipule que les marchandises peuvent circuler librement entre les pays signataires. Cependant, cette réglementation ne doit pas être priseau pied de la lettre. En effet, les citoyens européens ne peuvent pas transporter plus de 4 cartouches de cigarettes et 10 litres d'alcool. Au-delà de ce seuil, les autorités considèrent que les achats ne sont pas réservés à un usage privé et risquent d'être revendus au marché noir. Revenons sur l'histoire de notre retraité. Elle affirme que les 400 bouteilles d'eau achetées étaient destinées à la consommation de 4 familles : la sienne, celle de ses 2 fils et celle de sa sœur. En partant du principe que 4 personnes auraient consommé cette eau dans chaque famille, à raison d’une consommation d'1,5 litre par jour, nos protagonistes auraient eu à boire pour 3 mois. La limite entre consommation privée et risque de revente est donc difficile à déterminer. Par ailleurs, il n'existe à ce jour aucun texte de loi réglementant le transport de l'eau.

Le site Eurobsit vous informe sur l'actualité du commerce illicite en Europe.

Vous pouvez lire aussi :

  • Eurobsit : 7 millions d’aliments copiés saisis dans l’UE en 2017

fr ch be lu